Les principales actions en cours dans le cadre du PAPI Ellé-Isole-Laïta sont détaillées ci-dessous.

Pour plus d'informations sur les 40 actions du PAPI, consulter le tableau synthétique disponible dans la rubrique Le PAPI / Les documents, ou contacter le SMEIL.

Étude des Zones d'Expansion des Crues

Le SMEIL a confié en octobre 2016 au bureau d’études Hardy Environnement la réalisation d’un inventaire des Zones d’Expansion des Crues (phase 1 de l’étude, 2017) et d’un programme d’action pour la réhabilitation et l’optimisation des zones jugées les plus intéressantes et dites « prioritaires » (phase 2, 2018-2019).

 

La première étape de cartographie de l’ensemble des Zones d’Expansion de Crues, au sens des zones inondables en lit majeur, est aujourd’hui achevée. 30 atlas communaux des ZEC ont ainsi été réalisés (téléchargeable dans la rubrique Les Actions du SAGE / Inondations / Zones inondables) , ils ont été transmis à toutes les communes et EPCI concernés, ainsi qu'aux acteurs locaux impliqués dans le déroulement de l’étude. L’objectif est maintenant d’intégrer ces zones aux futurs PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) de Roi Morvan Communauté et de Quimperlé Communauté afin de garantir leur protection, et ainsi éviter le remblaiement de ces zones qui contribuerait à aggraver le risque inondation à l’aval.

L’étape suivante a consisté à identifier les zones les plus intéressantes du fait de leur surface, du volume stockable et de l’absence d’usages ou d’enjeux incompatibles avec leur ennoiement. 84 ZEC prioritaires ont ainsi été définies. Ces zones ont fait l’objet d’un inventaire de terrain précis durant les 3ème et 4ème trimestre 2017, afin d’être délimitées et caractérisées finement. C’est à partir de ce panel de 84 zones que le programme d’actions pour la réhabilitation et l’optimisation des ZEC « prioritaires » sera élaboré.

 

La phase 2 de l’étude, aujourd’hui engagée, vise l’élaboration d’un programme d’actions pour la restauration et l’optimisation des ZEC prioritaires les plus intéressantes. Pour ce faire, 3 scénarios sont aujourd'hui à l’étude et feront l'objet d'une modélisation hydraulique afin de définir quelle est la stratégie la plus efficace pour réduire le risque inondation sur les secteurs à enjeux.

Une fois le meilleur scénario identifié (fin 2018), nous saurons quelles sont les ZEC à aménager, selon quelles modalités, pour quel coût et pour quelle efficacité.

Les aménagements imaginés sont diverses : reméandrage de cours d’eau, reconnexion du lit mineur avec ses annexes hydrauliques, aménagement de talus et haies perpendiculaires au cours d’eau, rétrécissement de sections de passage de pont, aménagements légers de ralentissement dynamique de crue (de 2 ou 3 mètres de hauteur maximum),…

L’objectif est de réaliser un nombre suffisant d’aménagements modestes à l’échelle du bassin versant pour réduire significativement le risque inondation pour les crues les plus fréquentes sur Quimperlé et Scaër. Une attention particulière sera portée à la préservation de la qualité des milieux naturels, de la continuité sédimentaire et écologique, et à l’amélioration de la résilience du bassin en période d’étiage (favoriser la recharge des nappes par la restauration de milieux humides, …).

 

CHIFFRES-CLEFS

Cout de l’étude : 92 000€

Les Zones d’Expansion des Crues (au sens des zones inondables) à l’échelle du bassin versant Ellé-Isole-Laïta :

-       90 Km²

-       10% du territoire environ

60% des ZEC sont des zones humides

84 zones sont qualifiées de « prioritaires » et ont fait l’objet d’un inventaire de terrain précis puis d'une hiérarchisation.

Le futur programme d’actions devrait porter sur une vingtaine de ZEC prioritaires

2 visites de terrain ont été organisées par le SMEIL : le 19 septembre 2017 puis le 10 juillet 2018, dans le cadre du Groupe de Travail inondation de la CLE.

Rapport de phase 1 de l'étude sur les Zones d'Expansion des Crues
ZEC_Livrable_14_sans-fiche.pdf
Document Adobe Acrobat 16.9 MB

Étude hydraulique et hydro-sédimentaire de la Laïta amont

ACRI-HE réalise pour le SMEIL depuis fin 2016 une étude sur le fonctionnement hydraulique et hydro-sédimentaire de la Laïta amont, entre Port de la Véchène et Quimperlé.

Cette étude a abouti à une modélisation hydraulique précise, en 2D, de la Laïta. Plusieurs scénarios d’aménagement ont été simulés, notamment le retrait des remblais en lit majeur, un curage du lit mineur et une réouverture des Guerns, pour différents débits de crues et conditions de marées.

Les résultats démontrent qu’aucun aménagement ne permet de réduire significativement les inondations à Quimperlé. Le gain sur les hauteurs d’eau est de quelques centimètres seulement pour une crue type 2013/2014, et le gain sur la durée d’ennoiement est faible.

Le rendu définitif, qui comprendra une analyse du coût et de l’intérêt d’entreprendre des travaux, est attendu dans le courant de l'été 2018.

Sensibilisation des scolaires au risque inondation

Le SMEIL élabore actuellement avec l'IFFO-RME (Institut français des formateurs risques majeurs et protection de l'environnement) un programme d'intervention en collège, et plus particulièrement en classes de 5ème, de sensibilisation au risque inondation.

L'inspection académique du Finistère est consultée dans le cadre de l'élaboration de ce programme.

L'objectif est de débuter les interventions auprès de quelques collèges du bassin versant dès l'année scolaire 2018/2019, puis de la généraliser pour l'ensemble des collèges du territoire dès l'année scolaire suivante.

11 collèges sont visés, répartis sur Quimperlé, Bannalec, Scaër, Gourin, Le Faouët et Priziac.

Création d'un démonstrateur des techniques de réduction de la vulnérabilité

Le SMEIL élabore actuellement avec l'IFFO-RME (Institut français des formateurs risques majeurs et protection de l'environnement) un démonstrateur (ou showroom) des techniques et solutions existantes pour protéger son habitation ou son commerce afin d'éviter tout dommage en cas d'inondation.

Ce démonstrateur prendra la forme d'une exposition itinérante, qui circulera dès 2019 ou 2020 sur Quimperlé, Scaër et les autres communes du Finistère soumises au risque inondation.

Œuvrer à la culture du risque

Le SMEIL a créé plusieurs outils de communication (plaquettes, magnets frigo, petit guide) pour sensibiliser la population au risque inondation ainsi qu'aux réflexes à adopter en cas de crise.

Ces documents sont disponibles dans la rubrique Documentation / Outils de communication / Plaquettes thématiques.

Rehausse et rallonge des barrières anti-inondation du Quai Brizeux

Une étude menée pour la Ville de Quimperlé par SCE a conclu à l'opportunité de rehausser et rallonger les barrières actuelles installée durant la saison hivernale sur le Quai Brizeux à Quimperlé.

Les élus ont décidé de rehausser de 20 cm le système actuel, afin de concilier la lutte contre les inondations avec la préservation du paysage. Cette rehausse nécessite de rallonger le système d'une trentaine de mètres pour éviter un contournement par l'eau depuis l'aval en cas de crue. Ce prolongement sera en partie réalisé par la construction d'un muret anti-inondation.

Un escalier de franchissement des barrières est prévu afin de permettre la continuité du cheminement piéton Quai Brizeux lorsque les barrières sont installées. Des gradines seront créées dans la continuité de l'escalier pour inviter à la contemplation de la rivière.

Les pompes de refoulement des eaux pluviales qui s'accumulent sur le Quai Brizeux seront désormais accessibles en cas de crue, car situées du côté protégé des barrières.

 

Les travaux du muret sont aujourd'hui finalisé, reste à réaliser son empierrement, son intégration paysagère ainsi que la pose avant l'hiver des nouvelles barrières rehaussées.


Étudier la protection de la place des Anciennes Fonderies

Une étude menée pour la Ville de Quimperlé par SCE est actuellement en cours pour dimensionner un système de protection permanent autour du logement collectif Finistère Habitat situé place des Anciennes Fonderies.

Ces logements sont en effet les premiers touchés en cas de crue de l'Isole sur Quimperlé.